Point de départ :
Confinement 2020

Découverte du livre de Stéphane Durand, 20 000 ans ou la Grande Histoire de la Nature.

Il était une fois la forêt

Permiere version

Lecture en solo par Sylain Chiarelli

Sylvain Chiarelli

Voir la bio

L’ouvrage de Stéphane Durand m’a interpellé à plus d’un titre et, pour dire ce qui m’a incité à me lancer dans une lecture à voix haute de son texte, je mettrai en avant trois raisons :
– amoureux des mots et de la langue française, j’ai été séduit par la poésie de M. Durand.
– aussi les sujets de la nature, de la forêt et de sa biodiversité me touchent personnellement, je vis en milieu rural et j’ai passé mon enfance à jouer dans les arbres.
– enfin, même si ce texte est celui d’un scientifique, il reste néanmoins accessible à tous.

Sylvain Chiarelli

 

En répétition

Deuxième version

Jean Waché, contrebassite, rejoint Sylvain Chiarelli sur le projet.
Il était une fois la forêt devient un duo voix et contrebasse.

Jean Waché

Voir la bio

Le spectacle

Teaser vidéo

Photos

Article de presse

Dossier de présentation

Auprès de mon arbre

Point de départ

Qu’est-ce que l’art peut faire pour la Nature ?
Ouvrons à d’autres disciplines et d’autres artistes et voyons un peu…

 

La programmation

Journées festives : ensemble protégeons et célébrons la forêt

 

Auprès de mon arbre

Le conte

Extrait

« Ici, à part rêver par la fenêtre ou au sommet de son arbre, toujours seule… il ne se passait pas grand-chose… Il lui fallait de l’action, et là-bas dans cette forêt, il semblait se passer des choses merveilleuses, merveilleusement secrètes… Et, il y avait cet arbre !
Immense !… Au sommet duquel elle voulait absolument grimper.
C’était décidé, elle ira dans la forêt. Samedi. Jour de fête au village, tout le monde sera occupé, on ne fera pas attention à son absence… »

Marion Sancellier

Voir la bio

La forêt danse

 

Point de départ

Découverte du livre de Baptiste Morizot, Manières d’être vivant.

Note d’intention

L’émerveillement comme condition au changement

 

Les auteurs / Les textes

Jean Giono

L’homme qui plantait des arbres

Alphonse Daudet

Le Sous-préfet au Champs

Arthur Rimbaud

Le Mal

Victor Hugo

Contemplations

Le point de vue des artistes

Le jeu

Marion Sancellier

La musique

Jean Waché

La scénographie

Alexandre Doizenet

La chorégraphie

Aude Bertrand

Invitation au réensauvagement

Une quête rimbaldienne

Sauvage

Le mot français sauvage est d’origine latine. En latin, le mot silva, qui veut dire « forêt » a formé l’adjectif silvaticus, « qui vit dans les bois ».

Le mot s’est déformé en salvaticus, ce qui a donné salvage en ancien français, lui-même devenu sauvage.